Vous avez sans doute eu des échos d’une affaire de gendarmes attaqués, et d’armes emportées ces jours-ci. C’est le gros titre à la une des parutions de cette semaine… Le Télégramme du Togo titre : « Même rengaine pour mettre en état de siège Agoè et Sokodé avant la présidentielle »… Alors que l’on se rapproche de la présidentielle de 2020, qui doit se tenir dans moins de 3 mois, le ministre de la sécurité Yark Damehame fait état d’actes de violences, qui ont refait surface au petit matin de ce samedi 23 novembre 2019… Une situation qui rappelle au journal, celle qui a prévalu avant les législatives de 2018, où certaines villes du pays ont été pendant plusieurs mois, placées en état de siège sous prétexte des armes qui circulaient, et seraient dans les mains inappropriées.

« Le ministre Yark Daméhame promet de mettre la main sur les auteurs » C’est à la une de Nouvelle Opinion qui évoque une tentative d’insurrection armée au Togo… La stabilité qui règne au Togo est une potentialité pour baliser la voie au développement durable (entame l’hebdomadaire d’information, qui poursuit). Aucun pays, aucune communauté ne peut accéder au développement sans la paix. Mais force est de constater que certains individus mal intentionnés tentent de mettre cette paix en veilleuse… (Le journal note plus loin) Le ministre de la sécurité a regretté que les commanditaires poussent les jeunes à commettre la violence et les abandonnent ensuite en prison où ils sont les seuls à purger leur peine.

Pour Méga Info, il s’agit là d’une « immature insurrection armée ». Le gouvernement met en garde les auteurs et invite les populations à collaborer avec les forces de l’ordre… Ces groupes ce sont choisi les villes où ils comptent mener leurs actions : Lomé, Kpalimé, Sokodé, Mango, Tchamba et Anié (relève donc le journal qui a aussi dressé le bilan avec des gendarmes blessé, des armes emportées et autres dégâts matériels)

« Insurrection armée avec machette et gourdins au Togo : Général Yark, des togolais n’y croient pas » (titre le correcteur)… Au nom de la politique et pour la conservation des privilèges liés à la gestion de l’Etat, des togolais sont victimes des répressions et des violences volontaires… A quelques heures du meeting d’information du Front Citoyen Togo Debout, le samedi dernier le ministre de la sécurité a opérée une sortie tout au moins surprenante et diversement appréciée dans l’opinion publique (pointe le bi-hebdo)

Liberté pour sa part, évoque une « insurrection armée » dans… L’évangile selon Yark Damehame… Les incohérences de la sortie du ministre ; terreur et bastonnades à Sokodé… Attaquer des militaires – togolais, s’il vous plait – à l’aide de machettes et de gourdins, leur arracher les fusils automatiques et tenter d’organiser une insurrection armée ?! Vous n’êtes pas dans « Last Empire war Z », « Game of war fire Age », bref un de ces jeux vidéo de guerre, mais dans la réalité… C’est le dernier punchline de son altesse généralissime Yark Damehame (ironise le quotidien). C’est devant une opinion hébétée que l’inénarrable ministre de la sécurité et de la protection civile a exposé samedi, à la mi-journée, sur une certaine insurrection armée déjouée, entre autres « YARKeries » servies… Et pour conclure l’article, Liberté s’interroge : Le pouvoir cherche – t –il un prétexte pour semer la terreur et justifier le 4e mandat de son champion ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici