La lutte contre la corruption s’invite dans les colonnes des journaux togolais cette semaine.

Le Tonnerre Têw Gnam-sa parle de « Pas encourageants » quand il évoque le sujet et la déclaration des biens… Ces derniers temps, une institution indépendante mise en place par le chef de l’Etat fait la une de l’actualité. Il s’agit de la haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA)…

Accueilli avec scepticisme dans l’opinion, le temps est en train de donner raison à ceux qui avaient préféré accorder le bénéfice du doute à cette structure qui peu à peu est (selon le journal) en train de surprendre… Bientôt, tous vont déclarer leurs biens avant… (prévient plus loin Le Tonnerre). Un grand pas vient d’être posé à l’issue du conseil des ministres du mercredi 27 novembre. Le premier projet de loi adopté fixe « les conditions de déclaration des biens et avoirs des hautes personnalités, des hauts fonctionnaires et autres agents publics ».

Loi imminente sur la déclaration des bien : « L’application et de bonne foi, le vrai défi »… (Pointe Liberté ; le quotidien s’interroge) Enfin la déclaration des biens au Togo ? C’est à cela que l’on tend manifestement à en croire le compte rendu du conseil des ministres…

Mais le plus grand défi reste l’application de ladite loi et la déclaration de bonne foi des biens (soupire Liberté). Et ce n’est pas garanti, avec des gouvernants adeptes de l’obscurantisme, et ayant bâti leurs fortunes sur les détournements de deniers publics et autres crimes économiques.

A la une de l’Union pour la Patrie : « Déclaration de biens et avoirs : Consacrée par la constitution, elle sera organisée par une loi ; Agents publics, hauts fonctionnaires et hautes personnalités, tous concernés »… Elle est peut être l’une des demandes de la classe politique de l’opposition et des populations, qui ne souffrait d’aucune contestation à voir l’opulence dans laquelle certains agents de l’Etat vivent.

(Le bihebdomadaire poursuit) Ailleurs dans certains services comme l’OTR, il se murmure que la mesure serait déjà en application, pour certaines catégories de personnel, puisqu’elle est prévue dans le code de conduite et procédures disciplinaires de 2014.

Le Canard Indépendant (pour sa part) voit dans cette lutte contre la corruption au Togo, un « Autre défi du gouvernement »… Cette lutte demeure l’un des principaux défis à relever par les autorités togolaises (note le journal). Et ce, malgré les initiatives mise en œuvre dans le pays, pour réduire ce fléau.

Revue de Presse 27 novembre au 4 décembre 2019

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici