A quelques semaines de la présidentielle du 22 février, les journaux du pays font la lumière sur les différents candidats :

La version audio de la revue de presse

La campagne électorale pour la présidentielle de cette année au Togo s’ouvre dans 3 semaines jour pour jour. La CENI a retenu 9 candidatures et certains journaux jaugent déjà les prétendants au fauteuil présidentiel.

« Analyse des forces et faiblesses des candidats engagés » entame Hara Kiri… Faure Gnassingbé, le bon et le mauvais… Le candidat du parti UNIR a pour lui l’avantage de 15 années de pouvoir et un contrôle sans partage de l’appareil d’Etat, de l’armée, de la diplomatie et des ressources du pays… Cependant Faure Gnassingbé a contre lui, sa longévité au pouvoir. 15 ans, c’est trop lui crient souvent ses détracteurs.

Jean-Pierre Fabre le petit canard boiteux… Le président de l’Alliance Nationale pour le changement se présente pour la troisième fois consécutive à une élection présidentielle au Togo. L’ancien chef de fil de l’opposition a pour lui le courage, la détermination et l’abnégation. Il a également pour lui, une parfaite maîtrise du terrain politique togolais… Mais il a contre lui (poursuit l’analyse de Hara Kiri), une partie de ses pairs de l’opposition, dont Tikpi Salifou Atchadam du PNP, qui lui font beaucoup de reproches.

Agbéyomé Kodjo, le David qui veut terrasser Goliath… L’ancien premier ministre est le « candidat unique » désigné par Monseigneur Philipe Fanoko Kpodzro. Il a pour lui la connaissance du Togo et ses réalités, la connaissance du parti au pouvoir… Mais l’homme a des faiblesses essentiellement liées à son passé de baron du parti au pouvoir.

Me Mouhamed Tchassona Traoré, le symbole de la discrétion et de la sagesse… Il est à sa deuxième participation à une élection présidentielle au Togo. Ce notaire de formation et natif de Sokodé à l’avantage d’être le seul candidat déclaré de la région centrale, où le mécontentement contre le pouvoir de Faure Gnassingbé est grand.

Pr Aimé Tchabouré Gogué, l’intellectuel décomplexé… Il a derrière lui une équipe de l’ADDI aussi déterminée qu’organisée… A côté de ces candidats, il faut ajouter Dr Kodjovi Aubin Thon du mouvement Nouvelle Vision, Dr Georges William Kuessan du parti Santé du Peuple, Pr Wolou Komi du Pacte Socialiste pour le Renouveau et Innocent Kagbara du Parti Démocratique Panafricain.

Dans un article titré « Forces et faiblesses des candidats retenus », le quotidien Liberté analyse Faure Gnassingbé à part, ensuite combine ensemble Jean-Pierre Fabre et Agbéyomé Kodjo qu’il qualifie des deux plus ou moins « sérieux » à même de concurrencer un tant soit peu le « champion » du 4e mandat et toute la machine à fraudes dans les urnes… Puis le journal a mis tous les candidats restant dans le lot « les autres ».

« 9 candidatures reçues par la CENI, Trois forces en présence », c’est à la une du numéro 704 de Togo Matin… L’article est illustré par les images de Jean-Pierre Fabre, Agbéyomé Kodjo et Faure Gnassingbé… en attendant que la cour constitutionnelle ne valide les candidatures acceptées par la CENI, ce ne serait pas aller trop vite en besogne que d’affirmer qu’il y a trois principales forces en présence (relève le quotidien qui écrit plus loin)…

Faure Gnassingbé qui cumule une expérience de 15 ans au pouvoir a déjà fait ses preuves. Jean-Pierre Fabre ancien député, ex chef de fil de l’opposition, maire de la commune du Golfe 4 et président de l’ANC reste quoi qu’on dise le dirigeant le plus populaire de l’opposition selon plusieurs observateurs. Agbéyomé Kodjo de son côté est le choix de Monseigneur Kpodzro comme candidat unique de l’opposition. Certains voient en lui un héritier du général Eyadéma Gnassingbé, même s’il est tombé en disgrâce entre-temps… Mais est-ce suffisant pour inquiéter Faure Gnassingbé ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici