La commercialisation des médicaments falcifiés et de qualité douteuse reste un délit dans pluisieurs villes d’Afrique ; mais des indivisus s’y adonnent et ceci malgré le fait que ce trafic soit à l’origine de plus de 100 milles morts en Afrique (estimation de l’Organisation Mondiale de la Santé OMS).

Sept (7) chefs d’Etats africains  (Togo, Congo-Brazzaville, Ouganda, Niger, Sénégal, Ghana, Gambie) ont décidé de signér un accord en vue d’une législation forte, le samedi 17 janvier à Lomé, au cours d’un sommet de Haut Niveau. L’initiative de cette rencontre vient du chef de l’Etat Togolais qui a reçu l’appui de la Fondation « Brazzaville ».

Sur les sept (7) Présidents annoncés, seulement quatre (4) notamment ceux de l’Uganda (Yowerie Museveni), du Sénégal (Macky Sall), de la Gambie (Adama Barrow) et du Togo (Faure Gnassingbé) ont pu participer à la rencontre.

Les autres se sont fait représenter par leurs ministres de la santé. Une déclaration a sanctionné les travaux de deux (2) jours. Cette déclaration va permettre de « renforcer la lutte contre le trafic de médicaments, et autres produits médicaux de qualité inférieure et falsifiés ».

Les autorités participant au Sommet de Lomé

Selon Faure Gnassingbé, le trafic de faux médicaments est d’une gravité à prendre au sérieux : « S’il y a urgence en faveur du climat et de l’environnement, ne perdons pas de vues qu’il y a une extrême urgence à sauver de millions de vies menacées, par des faux médicaments. Ce danger n’est pas simplement une menace mais une réalité à laquelle nos peuples sont tout particulièrement confrontés chaque jour ».

Le fondateur et président de la fondation « Brazzaville » a dans une allocution annoncé la création d’une plateforme numérique, afin de recueillir les propositions de la jeunesse africaine pour venir à bout de ce trafic dès le lundi 20 janvier 2020.

Les propositions recueillies seront analysées et discutées à un prochain sommet avant la fin de cette année.

Eugénie Gadédjisso-Tossou

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici