Jean-Pierre Fabre et d’autres responsables de l’Alliance Nationale pour le Changement sont formels : Faure Gnassingbé ne doit pas figurer sur le bulletin de vote du scrutin du 22 février. Ils ont envoyé une requête à la Cour Constitutionnelle qui est l’instance en charge la validation des dossiers de candidatures.  

L’ANC a aussi, au cours de la conférence de presse animée ce mardi 21 janvier à Lomé, annoncé avoir introduit auprès de la Cour Constitutionnelle, une requête en récusation de deux des juges de cette même cour. Il s’agit de Aboudou Assouma le président, et de Kouami Amados-Djoko.

A en croire Jean-Pierre Fabre, ces deux juges qui siègent à la Cour Constitutionnelle depuis plus de 22 ans, ont fait leur temps et après avoir effectué plus de deux (2) mandats, leur présence au sein des nouveaux membres de cette Cour est une violation de l’article 100 de la Constitution.

La rencontre des leaders de l’ANC avec la presse a connu la présence très remarquée du président du Mouvement Patriotique pour le Développement et la Démocratie (MPDD) Agbéyomé Kodjo. Le candidat déclaré à la présidentielle du 22 février prochain, estime que ce qui est écrit, devrait être respecté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici