L’écosystème togolais connaitra une amélioration grâce au 10e round du programme de micro financement du Fonds pour l’environnement mondial (FEM). C’est un fonds destiné à des organisations de la société civile. Ce soutien leur permet de s’investir dans la préservation des ressources naturelles.

Ce nouveau financement de 168 000 000 FCFA est alloué par l’intermédiaire du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) à neuf (9) organisations. Ces fonds entrent dans le cadre de la lutte contre la dégradation des sols, la protection des eaux, la lutte contre les changements climatiques, la protection de la biodiversité, l’agro-écologie, la lutte contre la faim, l’accès aux énergies renouvelables et le recyclage.

Voir aussi : Excision en Afrique : le Togo, modèle sur le continent

Grâce à ce soutien financier, Toro Mlawoo et ses collègues de l’ONG Action coopération rurale pour le développement en Afrique (Accord-Afrique) vont créer des plantations d’anacardiers dans cinq écoles riveraines du parc de Djamdè dans la préfecture de la Kozah.

L’objectif visé par le projet est l’augmentation de la couverture végétale. Il vise également à lutter contre les effets négatifs de changements climatiques, à travers la création de 10 ha d’anacardium orientale.

Voir aussi : Agriculture : le Togo bénéfice de l’appui du fonds Khalifa

« Les ressources naturelles sont un capital qu’il faut préserver. Le jour où nous perdrons notre capital naturel, nous n’aurons plus rien », a affirmé le représentant résident du PNUD au Togo, Aliou Mamadou Dia.

Au regard des actions menées par les communautés à la base en collaboration avec les organisations de la société civile, l’on peut affirmer qu’au Togo, la restauration des écosystèmes va bon train.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici