Les résultats provisoires du scrutin du 22 février sont connus et jusqu’ici la dynamique Kpodzro continue de rejeter les résultats provisoires tels que proclamés par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), dans la nuit du 23 février. Face à cette situation, les autorités togolaises interpellent Monseigneur Kpodzro et son candidat Agbéyomé.

Selon les résultats proclamés par la CENI, Faure Gnassingbé est reconduit à la tête du Togo pour un 4e mandat avec 72,36% des suffrages contre 18,37% pour Agbéyomé Kodjo, candidat du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD).

Voir aussi : Faure Gnassingbé élu président, Kodjo Agbéyomé crie à la fraude

Avant la proclamation des résultats par la Céni, l’ancien Premier ministre a affirmé devant la presse qu’il a lui-même convoquée, qu’il était sans conteste le vainqueur du scrutin, au vu des chiffres qu’il possédait. « Nous avons gagné cette élection présidentielle du 22 février 2020 au premier tour, avec un score oscillant entre 57% et 61% », a-t-il affirmé.

Dans la foulée, Mgr Kpodzro a animé, mardi, une conférence de presse avec le candidat Agbéyomé Kodjo. A cette rencontre, l’Archevêque émérite de Lomé a promis prendre le pouvoir pour son candidat. Le prélat a appelé à une manifestation le vendredi prochain à Lomé et a demandé au Pape François d’intervenir au Togo.

Réaction des autorités publiques

Après le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Général Yark Damehame, c’est le tour au ministre de la Fonction publique Gilbert Bawara de prévenir Mgr Kpodzro et son candidat Dr Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo.

« Je crois qu’il serait sage pour ce candidat de se mettre dans les rangs », a déclaré Yark Damehame, lundi, à l’occasion de la présentation des rapports des missions d’observations électorale.

Voir aussi : Emission Hiéroglyphes : bilan des 60 ans d’indépendance des pays africains 

Gilbert Bawara emboite le pas à son collègue du ministère de la Sécurité. Pour le ministre de la Fonction publique « s’ils s’amusaient à vouloir poser des actes qui sont contraires à l’ordre public et à la loi, la réaction des autorités compétentes sera ferme ». « Les 2 personnages devraient tirer un certain nombre de conséquences et d’enseignements par rapport au désintérêt que les citoyens sont en train de manifester à leur égard », a-t-il ajouté.

Particulièrement, Bawara déplore les réactions de Mgr Kpodzro. « A cet âge-là, avec les responsabilités religieuses qu’il a jouées, nous aurions aimé qu’il soit là en train de méditer et de prier pour la paix dans le pays et non pas qu’il devienne un élément d’agitation et quelqu’un qui œuvre pour le désordre et la confusion », a-t-il indiqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici