Retour sur la confirmation par la cour constitutionnelle de Faure Gnassingbé, comme vainqueur de la présidentielle du 22 février.

Voici comment certains Journaux et sites d’information ont traité cette actualité. Andréa Magnim

La version audio de la revue de presse

D’abord dans la presse écrite Dounia Le Monde titre : « Faure remporte le scrutin avec 70,78% »…

Sans surprise, Faure Gnassingbé remporte le scrutin avec 70,78% des voix, suivi de Agbéyomé Kodjo avec 19,46% et Jean-Pierre Fabre arrive en troisième position avec 4,68%. (Détaille le journal avant d’ajouter)… Fini le suspens. Les résultats définitifs ont été proclamés par la cours constitutionnelle Aboudou Assouma, mettant ainsi fin au processus électoral et après le règlement des contentieux.

Dans un autre article du même numéro, Dounia observe la nomination d’un premier ministre, Agbéyomé franchit un cap supplémentaire dans sa défiance… Antoine Koffi Nadjombé, c’est le désormais « premier ministre » de M. Agbéyomé Kodjo, une nomination qui vient à la suite d’une série d’actes du candidat en deuxième position… Plus loin, l’hebdomadaire s’interroge : Quelle suite pour le président du MPDD ?

A la une de La Lanterne, Contradiction monstrueuse d’un ‘caméléon’ « Agbéyomé Kodjo quémande un second tour de scrutin et nomme en même temps un premier ministre »… Agbéyomé Kodjo devient un « caméléon », relève le journal. On ne peut pas gagner une élection avec un score entre 57% et 61% des suffrages, pour se montrer disponible pour un second tour.

« Aboudou Assouma valide les fraudes électorales » pointe Liberté, qui entrevoit des lendemains mouvementés en perspective… Il n’y a pas eu de miracle de la part de la cour constitutionnelle. Aboudou Assouma et les siens n’ont fait qu’avaliser les fraudes électorales et l’élection de Faure Gnassingbé (note le quotidien, qui prévient)… La crise postélectorale pourrait entrer dans une dimension supérieur, et il faut à présent redouter des lendemains mouvementés pour le Togo, au regard de la situation présente.

Sur la toile, Africardv.com titre « Faure Gnassingbé confirmé président du Togo avec 70,78% »

L’article 60 de la constitution qui stipule que l’élection du Président de la République a lieu au scrutin uninominal majoritaire à deux (02) tours. Et l’alinéa 2 de préciser : “Le Président de la République est élu à la majorité absolue des suffrages exprimés”. Et donc, sur cette base, la président de la Cour constitutionnelle, Aboudou Assouma a proclamé vainqueur du scrutin du 22 février, Faure Essozimna Gnassingbé.

Icilomé.com soulève pour sa part, C’est le contraire qui aurait étonné plus d’un. Il n’y a donc pas de surprise. La Cour constitutionnelle vient d’entériner les résultats provisoires proclamés par la Commission électorale nationale indépendante, mais à une différence près au niveau des chiffres.

Et sur Republicoftogo.com on lit « Les bras ouverts »

L’un des tous premiers à réagir à la réélection de Faure Gnassingbé a été son Premier ministre.

‘En plébiscitant Faure Gnassingbé, les togolais ont choisi le camp de la paix, de la sécurité et de la stabilité pour un développement partagé’, a déclaré Komi Selom Klassou.

C’est l’heure de fêter la victoire pour ce ‘coup KO’, mais le chef de l’Etat a en tête l’émergence qui profite à tous. Et pour y parvenir, pas un jour à perdre.

‘Le président élu est celui de tous les Togolais. Il appellera sans doute ceux qui n’ont pas gagné à venir travailler avec lui’, a-t-il indiqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici