Le covid-19 ne fait pas que des malheureux. Certaines personnes profitent de la pandémie pour s’enrichir. Il n’est donc pas rare de constater une augmentation volontaire des prix de certains produits sur le marché. Le gouvernement réagi pour une seconde fois. Il recadre les prix de certains produits de première nécessité et prévoit des sanctions à l’endroit des contrevenants à ces nouvelles mesures.

C’est à travers un arrêté que le ministère du Commerce a stabilisé et plafonné les prix de plusieurs denrées et matériels de protection contre le covid-19. Plus précisément, les prix du riz, du sucre granulé, de l’huile végétale, de la farine de blé, du gel hydroalcoolique et des masques de protection sont désormais réajustés. Il s’agit des « prix plafonds et il n’est pas question de les dépasser », martèle le directeur du commerce intérieur et de la concurrence, Talime Abe.

A titre d’exemple, le sac de 50 kg du riz 5% brisure thaïlandais est fixé à 18 500 FCFA, celui du riz 25% brisure pakistanais, à 17 200 FCFA. Le sac de 50 kg du sucre en poudre sera désormais vendu à 16000 FCFA. Quant aux matériels de protection, le prix du gel hydro alcoolique inférieur ou égal à 100 ml est de 500 FCFA. Les masques de protection seront vendus à 100 FCFA (pour les usages uniques) et 200 FCFA (pour les usages multiples).

« Il faut que les opérateurs économiques respectent ces dispositions. C’est pour favoriser la consommation des produits en ces périodes difficiles », rappelle le ministère du Commerce. Les contrevenants à ces mesures gouvernementales feront face à la loi, parce que, précise le ministère du Commerce, des sanctions sont prévues à cet effet. Le gouvernement vient de réagir la deuxième sur le même sujet. Il avait déjà interdit la spéculation des produits lors des premières semaines après la détection du premier cas du covid-19 au Togo.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici