La revue de presse cette semaine traite de la rentrée des classes attendue, pour les élèves en classe d’examen. Elle se penche aussi sur les nouvelles mesures sanitaires du gouvernement togolais.

Présentation: Andréa Magnim

La version audio de la revue

Les togolais reprennent normalement leurs habitudes de fin de journée depuis mardi, mais dans le respect des gestes barrières. Vision d’Afrique titre : « Couvre-feu levé, fin du bouclage des villes, port de cache-nez obligatoire » … Depuis le 9 juin, les mesures restrictives sont allégées note le journal.

« Encore des mesures pour soulager les populations » écrit pour sa part L’Union pour la Patrie … En plus de la levée totale du couvre-feu, levée du bouclage des villes concernées et du port obligatoire du masque ; le bi-hebdomadaire d’information évoque la réduction de 50% des droits d’occupation sur les marchés pour les mois de juin, juillet et août 2020… C’est la Directrice générale de l’Etablissement public autonome pour l’exploitation des marchés (EPAM), Mme Somialo Potcholi-Kadja, qui l’a annoncé. La mesure concerne les marchés du Togo et est entrée en vigueur le lundi 8 juin.

Une décision qui vient répondre aux cris de détresse des commerçants, fauchés économiquement depuis mars par la crise liée au coronavirus qui a entraîné la fermeture des frontières, la suspension des vols et la révision des heures d’ouverture et de fermeture des marchés dans les préfectures de Golfe et Agoè-Nyivé.

Le numéro précédent de L’Union pour la Patrie consacrait sa une à l’éducation : « A la rentrée de sauvetage. La grande équation à résoudre : Au plus de 15 élèves par classe » … Au Togo, le radio élèves/Enseignants était de 41,1 en 2014 contre 42,5 en moyenne en Afrique subsaharienne. Ce même radio était de 33,6 et de 44,8 respectivement en 2005. Le ratio reste plus faible au Togo ; déplore le journal qui poursuit… C’est face à ce tableau que les ministères en charge de l’enseignement projettent un nouveau schéma de répartition des élèves en classe à cause de la covid-19, comme cela se fait sous d’autres cieux. Ça va sérieusement poser problème au Togo.

Le Tonnerre Têw Gnamsa s’inquiète aussi de la « Reprise annoncée des cours en pleine covid-19 » Malgré les mesures, des appréhensions subsistent… De la nécessité de donner plus de garanties au monde scolaire… A l’instar d’autres pays, le Togo s’achemine inexorablement vers la réouverture des écoles après près de trois mois de fermeture. Le choix est difficile. Les enjeux énormes (observe le journal qui poursuit). C’est d’ailleurs l’avenir des élèves qui se jouent. La majorité des togolais n’ont pas accès à internet, ni aux médias pour bénéficier des cours en ligne.

Pour sa part Liberté titre : « La réouverture des écoles sur fond de pagaille et de cafouillage » … « Gouverner, c’est prévoir ; et ne rien prévoir, c’est courir à sa perte ». Cette citation attribuée à Emile de Girardin date des années 1850. Près de 200 ans après, elle a encore tout son sens, surtout dans les pays où le mode de gouvernance est basé sur les coups de tête que sur la planification.

Dans le cadre de la réouverture des établissements scolaires, le gouvernement vient de servir, encore, un spectacle désolant ; déplore le quotidien.

Par rapport à la date réelle de réouverture des écoles, le 8 juin était évoquée. Selon les informations, cette date a été proposée et retenue lors des rencontres entres les acteurs de l’éducation et les autorités en charge du secteur. C’est dans cet état d’esprit que se trouvaient les togolais, quant à moins de 24 heures du 8 juin, le gouvernement publie un communiqué : « Contrairement à la date du 8 juin que relaient les réseaux sociaux, le gouvernement communiquera officiellement et en temps opportun, la date de réouverture des établissements scolaires. »

Liberté s’étonne, En d’autres termes, le gouvernement ne s’est jamais associé à l’annonce de la réouverture des établissements scolaires le 8 juin 2020. Cette posture dénote de la légèreté avec laquelle la réouverture des écoles est gérée. Le journal s’interroge, sinon pourquoi laisser une information d’une importance aussi capitale envahir les réseaux sociaux, pendant plusieurs jours sans daigner réagir ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici