Cette semaine, les journaux ont traité plusieurs sujets, tous liés à la pandémie de coronavirus. Du port obligatoire de masques, à la réouverture des lieux de culte, en passant par la suspension du programme Novissi nous avons tout lu.

La revue de presse hebdomadaire avec la voix de Andréa Magnim

La version audio de la revue

Le port de masque est maintenant obligatoire sur le territoire national et Togo Matin titre : « Le général Yark et la Fosap doivent prendre leurs responsabilités » … Que faire pour que le port de masque décrété par le gouvernement la semaine dernière soit respecté par tous les compatriotes ? (S’interroge le quotidien). Pour le Professeur-Colonel Djibril Mohaman, le ministre de la sécurité et de la protection civile et la force spéciale mixte anti-pandémie Covid-19 (Fosap) doivent prendre leurs responsabilités.

Malgré la décision la rendant obligatoire, beaucoup, par ignorance ou négligence continuent de rentrer dans l’espace public sans masque de protection… cette attitude risque de saboter les efforts collectifs qui sont fait, pour venir à bout du mal.

La Lanterne annonce « La sanction pour les contrevenants »… Le Colonel Amana, commandant de la Force Mixte Anti-Pandémie Covid-19 prévoit dans un communiqué des peines d’emprisonnement et une amende de 100 000 à 200 000 F CFA contre ceux qui refuseraient de porter des masques en public.

Avec cette obligation de porter le masque, Canal D s’exclame : « Bonjour la foire aux masques ! Des risques de propagation en perspective… Si cette mesure était recommandée et attendue par plusieurs personnes averties depuis le début de l’état d’urgence sanitaire, son efficacité soulève plusieurs interrogations en l’absence de certaines mesures qui devraient être préalables (observe Canal D, avant de constater plus loin) ; En effet, l’exemple Hongkongais, a montré que lorsqu’une population dans son entière totalité adopte le masque, comme forme de confinement individuel, la propagation du virus peut-être quasiment arrêtée.

L’Alternative prévient : « Les masques jetables, un danger pour l’écosystème » … Les masques courent les rues parce qu’ils sont devenus obligatoires. On voit diverses sortes de cache-nez : des masques faits de tissus par les couturiers qui sont lavables et réutilisables et des masques jetables à usage unique qui s’arrachent en pharmacie par ceux qui disposent de moyens.

(Le journal déplore), Tout comme le sachets plastiques, les masques jetables ne sont pas biodégradables et peuvent faire 400 ans dans la nature, entrainant la pollution de l’écosystème.

Il faudrait penser au ramassage des ordures de masques jetables pour éviter qu’elles bouchent les caniveaux. Il faudrait éviter de brûler les ordures de masques jetables (conseille le bi-hebdomadaire), des pratiques dangereuses pour l’environnement et la santé.

Et quand le togolais réfléchit au budget à établir pour l’achat quotidien de masque de protection, l’Etat suspend le programme de transfert monétaire… « Les bénéficiaires de Novissi sont sevrés », c’est à la une du numéro 3166 de Liberté… L’Etat d’urgence sanitaire décrété pour lutter contre la propagation du coronavirus dans le pays n’est pas encore à son terme. Mais le gouvernement suspend déjà les transferts monétaires du programmes Novissi, sans en informer les bénéficiaires. (Soupire le journal)

Le Correcteur pour sa part dénonce un « Scandale de la République avec plus de 11 milliards évaporés » … 4 larcins appréhendés pour couvrir le crime ? se demande le journal… Au regard de la grande opacité qui a caractérisé la gestion de Novissi, certains estiment que l’arrestation de ces individus viserait juste à couvrir le gros scandale. En clair, ce programme comme d’ordinaire, ferait de nouveaux riches au sein du régime dans la grande opacité (relève Le Correcteur)

L’autre sujet abordé par la presse cette semaine c’est la prochaine ‘Réouverture des lieux de culte’ « Le respect scrupuleux des mesures barrières sera de rigueur » selon Togo Matin du lundi 15 juin… Vu que l’on est dans une dynamique de reprise progressive des activités. Il est normal de s’attendre à ce que dans les jours ou semaines à venir, le gouvernement annonce la réouverture des lieux de cultes.

En attendant que cela arrive, les premiers responsables de ces lieux de cultes ont intérêt à commencer par réfléchir aux solutions que l’on peut apporter à la difficile équation de la pratique des cultes à l’ère du coronavirus.

Pour leur part, « Les églises se disent prêtes », c’est l’Union Pour La Patrie qui l’écrit… les différentes confessions religieuses font des propositions pour cette reprise des célébrations.

Le ministre a pris acte. Aucune date officielle de reprise n’est encore donnée. En attendant, Payadowa Boukpéssi félicite tous les acteurs religieux pour avoir respecter la décision de la suspension provisoire des cultes, sans oublier quelques dérapages mineurs vite maîtrisés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici