La situation socio-politique est toujours tendue au Mali. La coalition de l’opposition, un groupe appelé M5-RFP réclame la démission du président Ibrahim Boubacar Keïta. La Cedeao est à l’œuvre pour mettre fin à ces soulèvements. C’est l’objectif du sommet qui a réuni, ce lundi, les chefs d’Etats membre de la communauté, Faure Gnassingbé y compris.

« Je participe ce matin au sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao sur la situation sociopolitique au Mali », a publié sur Twitter le président de la République togolaise, Faure Gnassingbé.

Comme ses homologues, le président réélu pour un quatrième mandat consécutif en février dernier, est « engagé à trouver avec le peuple frère malien, des solutions pour une paix durable ».

« Le développement économique de notre sous-région et le bien-être auquel nous aspirons pour nos populations ont besoin de stabilité », souligne-t-il.

Ibrahim Boubacar Keïta, faut-il le rappeler, est au pouvoir depuis 2013.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici