Dr Jean-Luc Gbati SONHAYE a défendu sa thèse de doctorat unique en Culture, Art et Développement sur le thème « Mécanismes endogènes de financement de la culture au Togo : proposition d’une stratégie de renforcement du système de financement du secteur culturel ».

Le jury international composé d’éminents professeurs d’universités notamment le Professeur HETCHELI Kokou Folly Lolowou du Togo (Président de jury), le Professeur KOSSI-TITRIKOU Komi du Togo (membre), le Professeur LANHA Magloire du Bénin (membre) et le Professeur AMADOU Akilou du Togo (Directeur de thèse) ont, au bout de 3 heures d’horloge, à l’unanimité, déclaré l’impétrant digne du grade de Docteur avec mention très honorable.

La recherche abordée par le désormais Docteur Jean-Luc Gbati SONHAYE vise à contribuer à l’amélioration du système de financement de la Culture au Togo, en essayant de renforcer le système de financement du secteur culturel, à travers l’utilisation optimale des mécanismes endogènes de financement.

L’impétrant à travers une séduisante présentation, a bâti son argumentaire sur deux constats qui établissent le paradoxe du système culturel togolais. Le premier constat est que le Togo, bien que regorgeant d’importantes potentialités culturelles et créatives, a du mal à développer véritablement son secteur culturel et créatif qui reste confronté à un déficit de financement. Le second est que les mécanismes endogènes de financement bien qu’existant ne sont pas suffisamment exploités par les acteurs culturels.

La question soulevée dans le cadre de cette recherche est comment renforcer les mécanismes endogènes de financement de la culture au Togo afin de favoriser leur contribution à la résolution du problème de déficit de financement du secteur culturel et créatif du pays ?

A cette question, l’impétrant à fait une série de quatre propositions dont deux à l’endroit du secteur public à travers une stratégie de dynamisation de la politique de financement public et deux à l’endroit du secteur privé à travers une stratégie de renforcement du financement privé.

La stratégie de dynamisation de la politique de financement public a abouti à un projet de dynamisation du Fonds d’aide à la Culture (FAC) et à une série de propositions de textes juridiques notamment un projet de loi sur le mécénat culturel, un projet de décret relatif au parrainage culturel (sponsoring) et un projet de taxe de promotion culturelle.

La stratégie de renforcement du financement privé a, quant à elle, abouti à un projet de création d’une agence d’ingénierie et d’intermédiation financière dédiée aux arts à la culture et à un projet de création d’une plateforme de financement participatif dédié aux financements de projets culturels et créatifs.

Pour l’impétrant, c’est en renforçant les mécanismes publics de financement et en encourageant le secteur privé à explorer de nouveaux mécanismes pour renforcer sa participation dans le financement des arts et la culture qu’on parviendra à créer une dynamique philanthropique en faveur du secteur culturel au Togo.

Il faut rappeler que l’impétrant, juriste et ingénieur culturel de formation, jouit d’une grande expérience en matière de création et de mise en œuvre de dispositifs de financement de la culture, et qu’il a été l’un des acteurs majeurs de la mise en place du Fonds Africain pour la Culture (ACF) qui reste à ce jour le premier fonds panafricain autonome finançant des projets culturels à travers le continent africain.

Evane Gnandi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici