La présidence du Niger a annoncé le décès de son ancien président, Mamadou Tandja, qui a dirigé le pays de 1999 à 2010, date de son renversement par un putsch. Un deuil de trois jours est décrété sur toute l’étendue du territoire national, à la suite de son décès à l’âge de 82 ans, à Niamey, le 24 novembre.

Tandja Mamadou est un militaire de carrière. Il renverse la première République en (1974) avec son compagnon, le Général Seyni Kountché. De l’armée, il entre en politique en 1990.

Tandja Mamadou occupe le poste de ministre de l’intérieur sous Ali Saibou. Il dirige d’une main de fer la région de Tahoua et la répression de la révolte touarègue, en mai 1990, à Tchintabaraden, dans le nord du Niger.

Entre temps leader de l’ancien parti-État, le MNSD-Nassara, Tandja Mamadou se présente aux présidentielles de 1993 et 1996, mais il va attendre celle de novembre 1999 pour accéder au pouvoir.

Un mois sombre pour la CEDEAO

La liste des anciens chefs d’Etats de la sous-région ouest africaine, décédés ce mois de novembre 2020 s’allonge avec le décès annoncé ce mercredi de Mamadou Tandja, ancien président du Niger.

Après Amadou Toumani touré du Mali le 09, John Jerry Rawlings du Ghana le 12, et Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallah de la Mauritanie le 23, c’est Mamadou Tandja du Niger qui s’est éteint ce 24 du même mois de novembre 2020.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici