Les journaux du Togo parus la semaine dernière ont dédié quelques lignes au décès du président tchadien Idriss Déby Itno.

Né le 18 juin 1952 à Berdoba, Idriss Déby Itno est mort le 20 avril 2021 au combat.

La rédaction de votre site d’information vous propose une revue de presse hebdomadaire spéciale Tchad, en version écrite et audio.

Présentation : Andréa Magnim

La version audio de la revue de presse

Idriss Déby Itno mort au front… Temps Nouveaux lance : « Le Tarzan du Sahel s’en est allé » … Alors que les militants du parti MPS s’apprêtaient à descendre dans les rues de N’Djaména pour célébrer la victoire du Maréchal à la présidentielle, une triste nouvelle est venue assombrir le ciel du Tchad. Idriss Déby Itno est décédé des suites de blessures reçues au front.

La communauté internationale ne cache pas sa préoccupation sur l’avenir sécuritaire du Sahel, où sévissent des groupes djihadistes que l’armée du Maréchal du Tchad arrivait à tenir en respect.

Pour l’hebdomadaire L’Engagement, « Idriss Déby Itno paye pour sa boulimie du pouvoir » … les populations meurtries, l’opposition démocratique et la rébellion grincent les dents. La frustration, l’indignation et la colère populaire s’affermissent.

Le vieux volcan endormi fut éveillé par la provocation de trop. Alors que le président Idriss Déby n’avait pas encore fini de fêter sa victoire, les forces rebelles, Front pour l’Alternance et la Concorde au Tchad (FACT) passent à l’attaque.

Trop fier de son rang de Maréchal invincible, (écrit L’Engagement) Idriss se rend avec sa troupe sur le champ de bataille, afin de revenir plus tard célébrer son triomphe face aux forces du mal.

A la une de Fraternité une interrogation : « Idriss Déby est mort exécuté ? » … Le journal se pose la question de savoir si Idriss Déby est vraiment mort au front ou s’il a plutôt été exécuté ?

« Trop de zones d’ombres » (soupire Le Bâtisseur) ; La France avait-elle lâché Déby ?

La mort du président Déby continue de faire des vagues, avec son lot de révélations, qui jaillissent des différentes versions. La dernière sortie du journal Jeune Afrique, qui fait le « récit détaillé de l’ultime bataille du Maréchal » laisse croire que la France a lâché son allié de longue date.

Dans le même sens, Togo Matin se demande : « La thèse du complot est-elle à explorer ? » … C’est fort des relations « séculaires » de coopération militaires et techniques qui existent entre le Tchad et la France, que la mort du président tchadien étonne plus d’un.

Les forces armées tchadiennes n’ont pas été cette fois-ci appuyées par l’armée française ? Comment une armée, considérée comme la meilleure de la sous-région, formée et assistée par la France, en vient à perdre son commandant en chef ? autant de questions que se pose le quotidien Togo Matin.

The Guardian titre : « Un homme s’en va mais tout le système reste » … La reprise en main immédiate par l’armée devrait installer une continuité, qui rassurera les partenaires du Tchad.

Liberté pour sa part observe : « Le Tchad s’inspire du Togo » … L’annonce de la mort du Maréchal Idriss Déby Itno n’a pas encore fait son effet que les Tchadiens se retrouvent dans une situation inédite. L’un des fils Général de 37 ans et Commandant de la garde présidentielle est présenté comme président d’une transition de 18 mois… Pourtant la vacance du pouvoir a été prévue dans la constitution tchadienne en ses articles 81 et 82 entre autres.

Et justement « Que dit la constitution tchadienne en cas de vacance du pouvoir ? » (S’interroge La Lanterne) … une interrogation qui reste suspens car le journal n’y a pas répondu. Réponse donc dans les articles 81 et 82 de la constitution tchadienne, comme l’a préciser le quotidien Liberté, un peu plus haut.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici