Le Togolais moyen traverse une période difficile. La crise sanitaire liée au coronavirus a considérablement réduit ses revenus. Les affaires sont aux ralentis. Les salaires tombent difficilement… Le comble c’est que cette période où les poches du citoyen togolais sont moins remplies, est celle pendant laquelle il doit dépenser doublement pour pouvoir se remplir la panse.

Le consommateur togolais subit une hausse des prix des denrées alimentaires sur le marché. Le panier de la ménagère se vide. Les journaux alertent sur le sujet.

Dans la revue de presse hebdomadaire, d’autres parutions analysent aussi l’actualité sur la déclaration des biens et avoirs des personnalités du pays.

La version audio de la revue de presse est proposée par Andréa Magnim.

La version audio de la revue de presse

Le Magnan Libéré lance : « Flambée des prix, consommateurs aux abois », le journal s’interroge : « A quand le démarrage des contrôles annoncés par le ministre du commerce ? » … L’ambiance n’est plus bon enfant dans les marchés entre les vendeurs et les clients au Togo. Cris, étonnements, explications, négociations vaines, déceptions… dans les marchés. Les prix des produits de première nécessité connaissent une telle montée, et ce depuis plusieurs semaines (soupire l’hebdomadaire d’informations).

(Plus loin Le Magnan Libéré se souvient) ; Le ministre du commerce avait annoncé qu’il sera effectué une visite de contrôle sur le terrain. Dans les marchés, les prix des produits tels que le riz, le mil, le maïs, le sorgho, l’huile végétale, le ciment et les produits pétroliers seront contrôlés ainsi que leur date de péremption.

Toutefois, aucune date n’a été mentionnée pour le début de cette opération.

Allant dans les détails et chiffres à l’appui, Le Médium titre : « Hausse de 2,7 % du niveau général des prix à la consommation en avril » … Selon l’INSEED, Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques et Démographiques, le mois dernier, l’Indice National Harmonisé des Prix à la Consommation (JNHPC), s’est établi à 109,7 au Togo, traduisant une progression de 2,7% du niveau général de la consommation.

Cette évolution (énonce Le Médium) est principalement due à l’augmentation des indices des fonctions « produits alimentaires et boissons non alcoolisées » (+7,7%), « Logement, eau, gaz, électricité et autres combustibles » (+0,5%), « Santé » (+0,6%), « Restaurants et Hôtels » (+0,1%), « Biens et services divers » (+0,2%).

A la une de Gazelle Infos : « Gari, haricot, maïs, huile, œuf… l’envolée des prix inquiète » … Les prix de l’oignon, le piment, les anchois (petits poissons) et autres sont touchés par cette hausse que la plupart des commerçants expliquent par la fermeture des frontières terrestres limitant le flux de leurs clients et marchandises.

Allah ! Les Togolais souffrent ! (S’exclame pour sa part La Manchette) … Monsieur le Président, les togolais n’en peuvent plus. Ils sont à bout de souffle… Dans un pays où une personne sur deux vit en deçà du seuil de pauvreté avec moins de 1,90 dollar par jour, la crise du corona et les multiples restrictions imposées par le gouvernement, ne sont pas de nature à sauver la situation.

Par ailleurs, la « Prévention de l’enrichissement illicite au Togo » revient à la une de Liberté : « Faure Gnassingbé et son gouvernement ont-ils peur de la déclaration des biens ? » (S’interroge le quotidien) … La déclaration des biens est en souffrance au Togo. La majorité qui a pris le pays en otage continue de trainer le pas en s’arc-boutant derrière des lois et décrets qu’elle malmène à loisir.

(Liberté poursuit) La majorité peut compter sur une assemblée nationale qui lui est totalement acquise avec des députés, qui se déplacent la main toujours levée. Seize mois après sa promulgation, la loi fixant les conditions de déclaration de biens et avoirs des hautes personnalités n’a jamais connu un début d’application. Pire, elle va subir des modifications pour, dit-on, « assouplir la procédure de déclaration ».

Puis, l’autre quotidien privé, Togo Matin à propos de la déclaration des bien écrit : « Le Togo déterminé à faire de la bonne gouvernance une marque » … Beaucoup s’attendaient à ce que la loi qui avait été votée en ce sens entre immédiatement en vigueur ; mais il paraît qu’il y a encore des points à éclaircir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici