Les dissentions entre partis politiques au Togo ont pris une tournure inquiétante ces dernières semaines. La Concertation Nationale des Acteurs Politiques (CNAP), au lieu de créer une cohésion entre les acteurs, a attisé les rancœurs et déchiré les ficelles qui soutenait encore certains d’entre eux.  

La revue de presse hebdomadaire traite cette actualité, mais fait d’abord un clin d’œil au trentenaire de la conférence nationale au Togo, le 8 juillet 2021.

La version audio de la revue de presse est proposée par Andréa Magnim.

La version audio de la revue de presse

D’abord, L’Echiquier se pose des questions sur la Conférence nationale, 30 ans, puis après ? Que faire maintenant ?

Trente ans après la conférence nationale, le Togo se retrouve quasiment au même point : une même junte et un parti dépositaire des pouvoirs politiques, économiques, et judiciaires. Mais est-il encore possible que les Togolais se retrouvent pour débattre dans l’intérêt supérieur du pays ? s’interroge l’Echiquier.

Le journal écrit plus loin… La suite n’est qu’une histoire de restauration militaire et d’assassinats politiques en tous genres, de massacres, de coups d’Etats électoraux, de palinodies politiques, de trahisons invraisemblables d’opposants politiques, de succession monarchique dans une République. De perpétuation du clan militaro-civil au pouvoir, faisant du Togo le seul pays de la sous-région ouest-africaine et l’un des rares en Afrique à n’avoir pas connu d’alternance au pouvoir, depuis la chute du mur de Berlin.

Aujourd’hui, le marasme économique et le délitement social naissant qui ont conduit à la conférence nationale, sont plus graves que jamais.

L’actualité politique c’est aussi le dialogue en cours. Le Canard Indépendant titre : « La CNAP au bord de l’éclatement » … Le dialogue pouvoir-opposition tant appelé de tous leurs vœux par les opposants en vue de déblayer la voie à la tenue des régionales transparentes, équitables et démocratiques semble au bord du gouffre. La Concertation Nationale des Acteurs Politiques, qui consacre cette dynamique se voit vider de sa substance au fil des jours.

Après la dynamique Kpodzro qui conditionne sa participation à des préalables dont le règlement du contentieux électoral, et le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) qui dénonce l’indifférence des organisateurs par rapport à ses préoccupations, a suspendu sa participation, c’est le tour de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) de brandir des motifs similaires pour faire de même (relève le journal).

A la une de L’Expression ; Dialogue politique : « S’arrêter ou aller jusqu’au bout ? » …  L’Union pour la République (Unir) et l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) sont divisées sur les propositions de réformes électorales ; l’ANC affirmant ne pas être suffisamment entendue, tandis que le parti au pouvoir dénonce une forme de « radicalisation » de l’opposition.

(L’hebdomadaire d’information souligne) … Entre la politique de la chaise vide et le besoin d’être présente dans les structures d’organisation des élections à n’importe quel prix, c’est un choix cornélien qui se pose à l’opposition.

Le Medium titre : « Unir sort de sa tanière et gronde » … De l’actualité politique du Togo, il y a longtemps que les partis politiques s’adonnent aux abonnés absents. Le parti présidentiel n’est pas du reste, lui qui, passée l’élection présidentielle de 2020, avec la victoire de son candidat, s’est muré dans un mutisme incompréhensible, face aux gesticulations de la Dynamique Monseigneur Kpodzro.

Dans le même numéro, Le Medium s’exclame : « out, la DMK » … Il n’y a plus de doute, c’est vraiment la fin pour la Dynamique Kpodzro, cette nébuleuse que Dame Kafui Adjamagbo Johnson tente de maintenir contre vents et marées. La dernière sortie du parti Unir, en dit long sur l’adversaire désigné du parti au pouvoir, pour les prochaines échéances électorales.

L’opposition toujours absente de la scène politique. La Lanterne note : « Les leaders se font désormais tout-petits face aux défis de l’heure » … L’opposition qui par ses agitations faisait la pluie et le beau temps au Togo, se fait toute petite dans ses bottes. Le contentieux électoral pour lequel certains leaders s’étaient époumonés, semble désormais être passé en pertes et profits.

Enfin cette question à la une du numéro 918 de Togo Matin : « Qui sont les fossoyeurs de l’alternance et du changement ? » … Jean-Pierre Fabre a identifié certains acteurs politiques comme étant les fossoyeurs de l’alternance et du changement au Togo. Mais, qui sont-ils ? se demande le quotidien.

En tout cas, (écrit le journal) en écoutant le leader de l’ANC, beaucoup avaient déduit qu’il parlait de la DMK. Il avait évoqué « l’inconséquence d’acteurs sinistres, se réclamant de l’opposition politique, mais qui se révèlent de véritables fossoyeurs de l’alternance et du changement auquel aspire le peuple togolais ».

Des acteurs membres de l’opposition parlementaire et extraparlementaire se sont également sentis indexés. Quoi qu’il en soit, l’opposition togolaise n’est pas au bout de ses peines.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici