Plusieurs grandes décisions véhiculées par des notes de service, notes circulaires ou autres communiqués signés par le ministre des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat tombent assez régulièrement, ces dernières semaines.

Un fait que la presse privée nationale n’a pas manqué de constater. Elle y consacre de grands titres.

La revue de presse hebdomadaire vous est proposée en deux versions : la version audio est présentée par Andréa Magnim.

La version audio de la revue de presse

Flambeau des démocrates lance : « Inscrire la méthode Kokoroko dans le temps » … Depuis sa nomination au gouvernement, le Prof Dodzi Komlan Kokoroko n’a de cesse introduit des innovations dans le secteur de l’éducation au Togo. Aux commandes du ministère des Enseignements Primaire, Secondaires, Technique et de l’Artisanat, l’universitaire et ancien Doyen de la Faculté de Droit de l’Université de Lomé a mis en branle sa méthode.

Loin de faire l’unanimité (exprime le journal), cette approche dite réformatrice est saluée par certains Togolais, mais désapprouvée par d’autres.

Une situation qui amène nombre d’observateurs à se demander si la méthode de l’homme réussira à transgresser critiques et poches de résistances, pour s’inscrire résolument dans le temps.

Togo Matin titre : « Le professeur Kokoroko et ses multiples « ballons d’essais » » … Des observateurs ont déjà surnommé le professeur Dodzi Komlan Kokoroko, le « champion des notes de services et des grandes décisions ».

Le ministre depuis sa nomination a déjà rendu publiques plusieurs notes de services et auxquelles les acteurs de l’éducation doivent se plier. Ce sont visiblement des ballons d’essais (tente d’ironiser le quotidien), puisque le professeur Kokoroko, malgré sa bonne volonté, sait qu’il ne sera pas facile de changer de vieilles habitudes du jour au lendemain.

Dans son numéro 788, Le Canard Indépendant avait écrit sur une de ces décisions : « L’interdiction voilée des cours de vacances par Kokoroko » … Décidément, Prof Dodzi Komlan Kokoroko tient à marquer son passage à la tête du ministère des enseignements primaire, secondaire, technique, et de l’artisanat.

En effet, après notamment l’interdiction des travaux champêtres et des cours de répétition payants, le ministre a pris une nouvelle décision qui ne fera que plaisir aux parents d’élèves, puisque ces derniers n’auront plus à payer pour les cours de vacances.

Les cours de vacances, un business lucratif pour les enseignants (relève Le Canard Indépendant) … Ces cours sont perçus par certains parents d’élèves comme un moyen d’occuper les enfants durant la période des vacances.

Pour d’autres, ces cours de vacances participent au renforcement du niveau des apprenants… Selon des acteurs du secteur éducatifs, ces cours jouent un rôle important dans l’éducation des enfants, et permettent aux élèves de bien préparer la rentrée.

Instaurer la gratuité des cours de vacances est « Une décision mécanique » selon La Nouvelle Tribune… Des acteurs de l’éducation trouvent la décision du ministre louable, mais ils pensent qu’elle devrait intervenir dans un contexte approprié, avec des mesures d’accompagnement adéquats.

Pour un responsable d’établissement cité par le journal, le ministre Kokoroko doit revoir ses décisions et mettre de l’eau dans son vin : « Il faudra un minimum de souplesse dans ces décisions. Elles commencent par devenir agaçantes », a-t-il déploré.

Puis, à la une du numéro 3436 de Liberté : « Kokoroko assène un dernier coup aux enseignants » … Pendant ce temps, ‘Les réformes du système éducatifs sont aux oubliettes’…

Victoire Tomégah-Dogbé a promis que son administration gouvernerait le pays autrement. La preuve est faite depuis plusieurs mois avec l’imbroglio socioéconomique et politique que vit le pays. Conscients de leur incapacité de gérer les choses, les ministres ont, volontiers, pris part à un séminaire gouvernemental, avec à la clé la signature d’un engagement de résultats. Ils se sont donc lancés à la conquête des résultats…

Le quotidien note qu’après l’interdiction, il y a quelques mois des cours de répétions payants, Dodzi Kokoroko est revenu avec une note circulaire, interdisant les cours de vacances payants.

Encore une fois, le ministre s’est empressé de publier une note, sans vraiment tenir compte de tous les paramètres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici