Une jeune étudiante de 20 ans a frôlé la mort il y a quelques jours. Son tort : avoir refuser les avances d’un dragueur. Faith Makau, chrétienne fervente et membre d’une chorale a été poignardée avec un couteau, après avoir rejeté la proposition d’amour du jeune homme.

Faith Makau et son présumé agresseur communiquaient ensemble dans une église locale à Mwingi. Ils sont également membres de la chorale du groupe de jeunes. S’adressant à The Local Reports samedi, Faith, étudiante au Kenya Utalii College, campus de Kitui, a déclaré que l’incident s’était produit le jeudi 19 août. Elle a déclaré que le suspect âgé de 24 ans qui joue du piano dans leur église lui a dit qu’il était prêt à la tuer après l’avoir poignardée à trois reprises dans l’abdomen.

La victime raconte

Makau a déclaré que l’incident s’était produit jeudi à 9 heures précises lorsqu’elle avait quitté sa maison dans la ville de Mwingi, pour se rendre dans un magasin voisin. Elle affirme qu’elle était sur le point de rentrer lorsqu’elle a rencontré le suspect, qui lui a demandé de l’aider à transporter ses instruments de musique à l’église.

Elle n’a senti aucun danger à aider son frère d’église, car il semble qu’il soit normal d’aider un membre de l’équipe de jeunes à participer aux activités de l’église. Elle a donc décidé de l’aider et l’a également accompagné jusqu’à sa maison. La collégienne a déclaré qu’après avoir atteint la maison du suspect, elle avait vu deux couteaux de cuisine sur la table, ce qui, selon elle, était une chose normale.

Makau dit qu’elle est devenue méfiante après que le suspect ait verrouillé les portes de l’intérieur tout en cachant la clé dans sa poche. Le suspect lui aurait alors avoué à nouveau ses sentiments amoureux et cette dernière a rejeté ses avances. Selon Makau, le jeune homme lui aurait dit « Je veux te prouver que si je ne t’ai pas pour moi, alors personne d’autre ne le fera ».

Elle a déclaré à la police que le suspect avait immédiatement pris l’un des couteaux sur la table après avoir fait la déclaration. Par la suite, il l’a poignardée à l’abdomen à deux reprises face au refus de la fille. Makau se retrouvait trop faible pour crier pour que les gens entendent sa voix.

Selon ses dires, quand elle été poignardée pour la troisième fois dans l’estomac, elle est tombée et a fait semblant de mourir. C’est en ce moment-là, que son frère en christ s’est enfuit et elle s’est levée pour chercher une solution. « Je me suis levé et j’ai commencé à marcher vers la porte, alors que je souffrais profondément et saignais abondamment », a-t-elle déclaré.

En atteignant la porte de sortie, elle a été choquée de le voir revenir. C’est alors qu’elle a rassemblé l’énergie et le courage de crier à l’aide.

Selon le témoignage de la jeune fille, malgré ses cris pour appeler du secours, l’homme continuait à s’avancer vers elle. « J’étais sûre qu’il était dévoué à me tuer. Néanmoins, je l’ai supplié de m’emmener à l’hôpital, ou tout simplement de me porter et de m’abandonner sur la route. C’est la dernière chose dont je me souviens.

J’ai dû m’effondrer par la suite », a-t-elle déclaré. Il est apparu que c’était son cri d’agonie qui avait attiré l’attention des voisins, qui se sont précipités sur les lieux et l’ont secourue. Makau ne sait plus comment elle s’est rendue à l’hôpital de niveau 4 de Mwingi, où elle reçoit actuellement un traitement.

La police sauve le coupable de la vindicte populaire et l’arrête.

Les voisins, après avoir entendu parler de cette tentative de meurtre, décident de battre le suspect. Mais, la police a pu arriver sur les lieux à temps, avant que la foule en colère n’ait tué le suspect.

Le suspect avait déjà subi des blessures dont plusieurs à la tête, il a également été emmené à l’hôpital de référence du comté de Kitui, où il est soigné. Les jeunes, toujours en colère, sont prêts à attaquer le suspect à l’intérieur de l’hôpital mais, avec l’aide de la police, l’hôpital est gardé et les entrées surveillées, pour empêcher les résidents de prendre d’assaut l’établissement.

Réagissant à l’incident, le commandant de la police de la sous-préfecture centrale de Mwingi, Peter Mutuma, a déclaré aux journalistes que le suspect serait inculpé de tentative de meurtre par le tribunal dès sa sortie de l’hôpital.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici